Kalamata's

Jamais goûté une huile d’olive grecque ?
Le sud du Péloponnèse, la région de Kalamata (département de la Messénie) est depuis toujours le fief des oliviers. Les oliveraies s’étendent à perte de vue entre la montagne et la mer; on y compte pas moins de quarante millions d’arbres, plus de 300 huileries et une production proche des 45000 tonnes : pas une famille sans sa propre oliveraie et sa production artisanale d'huile d'olive, pas un village sans au moins un pressoir.
Dans cette région on cultive deux variétés d'oliviers: la très célèbre olive de table «Kalamon» (en grec ancien : de Kalamata), une olive charnue qui est la grande spécialité des olives de table de la région et une autre variété, minuscule, appelée «Koroneiki» (en grec modern : de Koroni, une petite ville à une cinquantaine de Km au sud-ouest de Kalamata), elle aussi très connue pour son huile d'olive.
L
a récolte a lieu chaque année de novembre à janvier et mobilise l’ensemble de la population qui vit au rythme de la cueillette. Les olives sont ramassées manuellement et celles destinées à l'huile sont pressées à froid au fur et à mesure, sans addition de conservateur.
La Koroneiki est mondialement réputée pour son acidité naturellement très faible qui permet de la classer directement parmi les huiles «Vierges-Extra». Le terroir et le climat particulièrement stable, de ce petit coin de la méditerranée profonde, confèrent à cette huile un goût très agréable, apprécié dans les multiples pays où elle est exportée.
L
a Koroneiki a été sélectionnée, il y a très longtemps par les habitants de la région, pour son endurance aux climats chauds et à la sécheresse ainsi que pour sa grande résistance aux maladies et aux parasites, nécessitant un nombre limité de traitements: un grand avantage, aujourd'hui, pour faire de la BIO.
Notre première ambition est de vous faire partager la passion d’une région toute entière en étant persuadés que, dès que vous l’aurez goûtée, cette huile deviendra l’amie incontournable de vos salades et de vos plats cuisinés.
 
Jamais gouté du miel grec ?
Le département de la Messénie, bien que son climat soit l’un des plus doux de Grèce, est très peu peuplé (seulement 180 000 habitants). Mise à part de la culture des oliviers, il n’y a aucune autre agriculture intensive; tout cela laisse beaucoup de place au développement de la faune et de la flore sauvage: le coin idéal pour installer ses ruches et produire un miel de qualité.
L
e bijou du département est Le Mont Taygète : la plus haute chaîne de montagne du Péloponnèse. Son point culminant s’élève à 2407 m pour une surface de 115Km sur 30Km. Il sépare la Laconie (Sparte) de la Messénie (Kalamata) et s’étend sur toute la patte du milieu du sud Péloponnèse. Cette patte s’appelle «le Magne», a une histoire très célèbre car elle a bénéficié d’une certaine indépendance pendant la période ottomane, quand toute la Grèce était occupée. En fait, les ottomans l’ont épargnée car elle est complètement rocailleuse et aride : il n’y a que le maquis qui pousse ... mais aujourd'hui pour faire du miel, c'est extra !
Le Mont Taygète, comme toutes les montagnes grecques, est essentiellement couvert de maquis et des plantes sauvages ; il possède une flore particulièrement riche, on y trouve de nombreuses plantes à fleurs sauvages comme le thym, le thé grec de montagne (sidérites), du romarin, de la sauge, du fenouil sauvage, des bruyères (Erica manipuliflora), de l’arbousier ... et même en altitude, dans les zones plus vertes, des sapins et des eucalyptus : une flore particulièrement intéressante pour les apiculteurs, car elle peut donner une gamme de miels très agréablement parfumés.
Cette flore en association avec le climat chaud et aride de la Grèce produit un miel plus épais et qui se cristallise plus lentement par rapport aux miels que nous avons l’habitude en France.